Répertoires et recueils

Répertoires et recueils

Un répertoire est un instrument de recherche où les sources inventoriées sont signalées au moyen d’un renvoi et sont énumérées dans un ordre facilitant leur repérage. La couverture géographique varie (une ou plusieurs paroisses, un comté, une région…) de même que la période couverte. Les répertoires du Québec sont généralement classés dans les salles de recherche suivant les divisions de recensement, notion qui diffère de celles de comté électoral et de municipalité régionale de comté.

Le contenu des répertoires est également fort varié. Il peut s’agir d’un répertoire de baptêmes, de mariages et de sépultures (ou l’une ou l’autre des variantes possibles), d’un relevé des épitaphes… Dans les répertoires, l’information est de plus en plus souvent classée par patronyme et, dans le cas de mariages, par celui du conjoint.

D’autres classifications ont également été utilisées : séparation entre hommes et femmes, par ordre chronologique (à éviter, car cela oblige la plupart du temps à parcourir l’ensemble de l’information pour trouver ce l’on cherche) ou par prénom (à éviter également).

Les répertoires de naissances et de baptêmes contiennent le nom de l’enfant, sa date de naissance, la date du baptême, le nom de ses parents. Généralement, l’information est classée par patronyme. De tels répertoires n’existent pas pour toutes les paroisses du Québec. De fait, ils sont moins nombreux que les répertoires de mariages mais cependant plus nombreux que les répertoires de sépultures.

Les répertoires de mariages sont traditionnellement les instruments de recherche les plus utiles pour un chercheur puisque la recherche généalogique au Québec s’articule autour des mariages, sources d’informations permettant d’établir des filiations. La plupart des paroisses catholiques du Québec ont fait l’objet d’un relevé. Ces répertoires peuvent couvrir une paroisse, plusieurs paroisses, un comté ou même une région. Il est toujours plus utile de consulter le répertoire des mariages du comté que celui d’une paroisse donnée.

Généralement, l’information est classée par le patronyme du conjoint. Quelques répertoires anciens présentent l’information sous la forme d’une liste chronologique des mariages, une façon de faire qui est peu pratique puisqu’elle oblige à balayer l’information en entier lorsque l’on ne connaît pas la date d’une union.

Il est possible de regrouper les mariages d’un espace ou d’une période en particulier ou encore concernant une famille et de produire un dictionnaire de mariages. L’information y est la plupart du temps classée par patronyme.

Celui portant sur la famille Tremblay est particulièrement utile à consulter en raison de la fréquence de ce patronyme au Québec. Ce dictionnaire, qui comprend plus de 70 000 mariages ou unions, est également disponible sur cédérom :

  • Répertoire des mariages Tremblay. Loretteville, Association des Tremblay d’Amérique, 2003. 3 volumes.

Les répertoires de décès ou de sépultures sont encore moins nombreux que les répertoires de mariages et de baptêmes. Voici l’information que l’on y trouve : le nom de la personne décédée, la date du décès, son âge (parfois), le nom de son conjoint ou des parents et, très rarement, la cause du décès.

Les recueils généalogiques sont des ouvrages où sont regroupés tous les mariages célébrés dans une région, un comté ou un groupe de comtés et qui permettent de connaître rapidement les lignées familiales. La méthode de classement de l’information varie d’un auteur à l’autre.

Les recueils du frère Éloi-Gérard Talbot sont les plus connus :

  • Généalogie des familles originaires des comtés de Montmagny, L’Islet, Bellechasse. 1970-1978. 16 volumes;
  • Recueil de généalogies des comtés de Beauce, Dorchester, Frontenac (1625-1946). 11 volumes;
  • Recueil de généalogies des comtés de Charlevoix et Saguenay depuis l’origine jusqu’à 1939 [nouvelle édition révisée parue en 1996].

Une façon originale et différente de classer les informations et de les relier entre elles par un système de renvois numériques caractérise les ouvrages du frère Éloi-Gérard Talbot. Elle est parfois reprise par d’autres chercheurs mais, dans ces derniers cas, la présence d’un index par patronyme du nom du conjoint permet de retracer rapidement un mariage. Cela permet de résoudre le problème principal dans les ouvrages de Talbot, qui est de trouver un mariage qui servira de référence.

Il est à noter que cette méthode de classification n’est applicable qu’à une famille, et qu’une fois l’ancêtre identifié; en effet, la cohérence des numéros attribués à chacun des mariages dépend de la relation établie avec cet ancêtre.

Quelques recueils généalogiques parmi les plus connus :

  • Charles BEAUMONT. Généalogie des familles de la Côte de Beaupré. Ottawa, 1912. 128 p.
  • Charles BEAUMONT. Généalogie des familles de la Beauce dans Rapport concernant les Archives canadiennes 1905, Vol. 1, Partie IX. 262 p.
  • C.A. CHARBONNEAU. Tableau généalogique des mariages célébrés dans le diocèse de Rimouski. Rimouski, Imprimerie générale, 1936, Première série, 1701-1902, 3 volumes. Deuxième série, 1902-1925. 2 volumes.
  • Michel FORGUES. Généalogie des familles de l’île d’Orléans dans Rapport concernant les Archives canadiennes 1905, Vol. II, Appendice A, 2e partie. 328 p.
  • J. A. LAPOINTE. Les familles de Mégantic et Arthabaska. 1952, dactylographiés. 4 volumes.
  • Théophile PAGEOT. Guide généalogique des mariages célébrés à l’Ancienne-Lorette (1695-1885). 1946. 217 p.
  • G. RIOUX. Complément au tableau généalogique du diocèse de Rimouski de Mgr C.A. Carbonneau. Rimouski, 1975.
Dernière modification le mardi, 04 février 2014 19:39

S5 Box

Se connecter

S5 Register

REgister

Mon Compte

Vous pouvez vous connecter en utilisant votre adresse courriel enregistrée.

La création d'un profil FQSG permet l'adhésion au Bottin des chercheurs.